COMMENT EXPLIQUER LA MORT AUX ENFANTS

Pas facile de parler de la mort avec son enfant. Pas facile de parler de cette vulnérabilité de l’humain car pas facile de l’accepter. On fait d’ailleurs beaucoup de choses aujourd’hui pour faire reculer la mort. Comment l’aborder avec notre enfant alors même que, nous faisons tout pour ne pas la voir ?

Les derniers mois ont mis cette mort à nos portes, dans nos télés 24h/24 et dans la tête de nos enfants.

Ce sujet, tellement difficile pour un parent à aborder s’est immiscé dans notre quotidien de façon extrême et immédiate.

Ce sujet, on le détourne pour l’éviter, on parle de « grand-père qui monte au ciel » et de « Mamie qui est partie faire un long voyage ». Et si nous l’acceptions déjà pour en parler correctement ensuite ?

Et si nous disions la vérité ? 

Pour lui expliquer ce qu’est la mort, racontez-lui le cycle de la vie. Pour cela, vous pouvez partir de la nature, d’un bourgeon, d’une chrysalide, des feuilles d’automne qui tombent. Il est primordial de parler ouvertement de la mort avec l’enfant pour ne pas qu’il s’en fasse une fausse idée et qu’il soit seul face à son imaginaire déjà débordant.

Pour l’enfant, le concept de mort est flou et va devenir plus clair en fonction de son développement cérébral. En effet, le tout petit, avant 6 ans, est plus peiné par la séparation que par la disparition. Il est aussi triste de vous voir triste, mais n’est pas son rôle de vous consoler. Souvent, il peut alors faire plus de colères ou développer des terreurs nocturnes. Ne le laissez pas dans le flou et parlez-lui. 

 Pour lui, la mort est réversible. Ecoutez-le, on comprend, par ses jeux, que la mort est un état provisoire « Pan, t’es mourus », « je tue pour de faux » …… A nous donc, petit à petit, de lui expliquer les choses en employant les bons mots. La mort est irréversible et fait partie de la vie…Pour ma part, petite fille, j’ai longtemps cherché l’escalier qui avait permis à ma maman de rejoindre son nuage…et qui lui permettrait donc de redescendre….et oui l’imaginaire de l’enfant !

Encouragez-le à s’exprimer et à poser ses questions qui seront souvent très concrètes « est-ce que ça fait mal qu’on on meurt ? », « on meurt quand ? », et celle que nous redoutons le plus en tant que parent « Maman, tu vas mourir ? ». « Oui, je vais mourir, car tout le monde meurt un jour et que la mort fait partie de la vie. Mais j’espère que cela sera dans très longtemps, quand je serai très vieille, mais pour l’instant, je suis à tes côtés et en pleine forme ! »

Quand quelqu’un meurt, il reste dans nos têtes et dans nos cœurs, à nous de faire en sorte que cette personne vive là pour nos enfants. Cette période que l’on appelle deuil est primordiale car c’est la période des souvenirs. Se remémorer pour ne pas oublier, en parler, toujours, pour les générations suivantes, pour que celui qui ne vit plus sur terre continue à vivre dans nos cœurs.