Les régles et interdits

Qu’est-ce qu’une règle?
Selon la définition du dictionnaire :
C’est un principe de vie en société, l’ensemble des règles constituant un tout cohérent qui permet aux individus de coexister.
Il me semble important, tout d’abord, de rappeler que le fait de donner des règles à un enfant l’aide à se construire. Ces règles de vie sont pour lui des repères, il en a besoin pour grandir (cf : l’opposition chez l’enfant).
On ne devient pas sévère en donnant des repères, bien au contraire.
Pas toujours facile de donner des règles. D’un côté, on n’a pas envie de se fâcher avec son enfant mais de l’autre, on n’a envie qu’il acquiert une autonomie et cela passera par là.
Donner des règles de vie à votre enfant, c’est lui permettre de grandir dans un cadre sécurisant, même si, parfois, cela doit engendrer des frustrations chez lui.
Les règles fixées doivent être fermes, constantes et réfléchies. Si elles sont floues, il le sentira et pourra ainsi vous faire tourner en bourrique ! Si par exemple il sait qu’avec Papa, il peut courir dans le salon mais pas avec maman, il va en jouer.
Parlez-en entre vous, mettez-vous d’accord. Si vous ne l’êtes pas, discutez-en mais pas devant lui, cela appartient aux décisions de couple et ne concernent pas votre enfant.
Les règles que vous lui donnez doivent être raisonnables et, si possible, avoir une alternative.
« Léon, tu n’as pas le droit de courir dans le salon parce qu’il y a des objets sur lequel tu peux tomber, par contre, tu peux aller courir sans risque dans le jardin ». Une règle établie sans donner d’explications n’est pas compréhensible pour l’enfant, et donc ne sera pas respectée. Votre enfant est réceptif, et comprend également le danger !
En collectivité, les règles et interdits sont pensées en équipe afin que l’enfant voit la cohérence des adultes et ne soit pas perdu. Ces règles sont d’ailleurs parfois affichées, les parents peuvent donc les lire et s’en inspirer ou au moins les suivre au sein de la structure.
L’absence de règle laisserait votre enfant démuni, malgré ce que vous pensez !
Lui donner des règles, c’est définir avec lui un périmètre de liberté.
Les interdits
Comme on l’a vu dans le paragraphe précédent, une règle peut avoir une alternative alors qu’un interdit est non-négociable.
Pourquoi cette distinction ? Parce qu’un interdit est là pour protéger votre enfant, son voisin ou le matériel.
Vous-même, lorsque vous dites un interdit à votre enfant, vous n’y mettez pas le même ton qu’une règle.
Je vois d’ici votre front se plisser, donc, je m’explique :
Quand votre enfant va courir dans la rue ou approcher dangereusement ses doigts d’une prise, l’intensité de votre « non » sera différente que lorsqu’il renverse son verre d’eau.
Et oui, pour l’un, il y a danger, et pour l’autre non.
Votre enfant entendra cette différence dans votre ton, et il est important pour vous que ces interdits soient clairs.
« Il est interdit de courir dans la rue, de mordre un copain et de casser le téléphone de papa »
A vous de les définir, en général, ce n’est pas très compliqué mais bon, il peut être bon d’en parler quand même avec son conjoint car la notion de danger n’est pas la même pour tous.

7 réponses sur “Les régles et interdits”

  1. En effet pas facile de supporter les caprices d’Elise en ce moment, et puis elle le fait toujours en public, comme ça, j’ai le droit aux regards courroucés des gens………..

  2. Pas toujours facile de tenir, mon loulou, 2 ans, est trés fort pour me faire péter les plombs et même si on sait qu’il ne faut pas céder, c’est dur !

  3. Pas toujours facile en effet, c’est pourquoi il faut en discuter ensemble longtemps et sans lui. Essayer de voir pourquoi votre ami ne veut pas lui mettre de limite, d’où lui vient cette « peur » de paraitre sévère.
    Il faut aussi lui faire comprendre qu’un enfant a besoin de limites et de repéres pour évoluer au mieux, nous sommes là pour jalonner son parcours et non pour l’entraver.
    Votre enfant ne vous en voudras pas tant que ces régles sont justes et pensées.
    Bon courage à vous, et à votre disposition pour en discuter.

  4. Et oui, souvent en vacances, on lâche un peu et parfois l’entourage n’aide pas mais je suis sure que vous allez y arriver Suzie 🙂 Belle année

  5. Et oui, et, en plus, si vous loupez un seul  » non », il recommencera ses 99 tentatives…..Vous allez y arriver 🙂
    Votre enfant a besoin de vous  » trouver » et donc de vous « tester »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.