Un parent veut voir son enfant rire et être heureux le plus souvent possible. Il est en effet difficile de voir son enfant triste ou en colère. Certains parents sont mal à l’aise face à cela et peuvent alors être tentés d’annuler cette peine en disant des phrases comme : « Ce n’est pas grave ! », « Arrête de pleurer ! »  Combien de fois l’a-t-on entendu petit ? Quand nous venions de tomber de vélo, le genou tout égratigné ?

Or, lorsqu’un tout-petit vit des émotions négatives, il est important d’être à l’écoute et de ne pas minimiser ce qu’il ressent. Les émotions sont des messages que nous adresse notre corps afin de nous aider à prendre conscience de ce qui se passe dans notre environnement. Pour l’enfant,tout est nouveau , il ne sait pas ce qui se passe dans son corps, à nous de l’aider à des mots sur ce qu’il vit.

Nous adultes, nous sentons souvent libérés après avoir pleuré. Pourquoi alors nous précipitons nous sur notre enfant pour lui dire : « Ne pleure pas, ne pleure pas ! ». Aucun parent n’aime voir souffrir son enfant. Malgré tout, nous continuons d’imaginer que l’enfant qui pleure souffre, alors qu’ au contraire, il est en train d’évacuer son émotion négative.
C’est vrai, cela nous remue et peut aussi menacer notre sentiment d’être une « bonne mère » ou un « bon père ». Elles nous insécurisent : « Que dois-je faire ? »

Les affects des enfants sont précieux. Ici réside leur sentiment d’identité, ils deviennent une personne qui a le droit de désirer, de vivre, d’aimer. De plus, empêcher l’enfant d’exprimer ses émotions, c’est le laisser en tension, ses émotions seront réprimées mais pas dépassées.

Il est donc préférable de dire à votre enfant que vous comprenez qu’il puisse être triste, bouleversé, en colère ou jaloux dans telle ou telle situation. Il se sentira compris et réconforté. Il aura alors moins tendance à manifester ses émotions de manière inappropriée, par exemple en jetant un objet ou en tapant son petit frère.

Si vous n’accordez pas d’importance aux émotions négatives que vit votre enfant, vous lui apprenez qu’il n’est pas souhaitable de les exprimer. Or, ce qu’il vit à de l’importance et il a besoin d’avoir confiance en vous pour l’accompagner dans cet apprentissage.