La naissance

La naissance d’un enfant c’est aussi la naissance d’un papa et d’une maman. On ne se connait pas et on ne connait pas l’autre dans ce rôle.Le bébé qui vient au monde est comme un correspondant étranger qui arrive sur une terre inconnue. Il va devoir comprendre le monde et pour cela le tester. Les pleurs et les mimiques vont être pour lui les moyens d’appeler et de voir les réactions autour de lui. Alors, les premiers mois, bercez-le, regardez le et enveloppez le d’amour pour qu’il puisse appréhendez le monde.Jeune papa, votre place est à faire car vous n’avez pas porté l’enfant dans votre chair. Vous êtes celui qui va permettre à l’enfant de comprendre qu’il est un être séparé de sa maman. Le tout petit pense que son corps est lié à celui de sa maman jusqu’à ses 8 mois environ. Le papa a donc un rôle primordial pour lui offrir le monde et pour permettre aussi à la maman de rester une femme, une amoureuse en plus de ce rôle de mère.Jeune maman, vous êtes celle qui l’a porté physiquement et  psychiquement  dans votre ventre . Vous lui avez fait une place dans votre corps avant de lui faire une place dans le monde. Vous allez l’accompagner, votre sensibilité va s’aiguiser pour mieux comprendre ses besoins. Mieux qu’Instagram et que les belles-mères, écoutez vous, centrez-vous sur votre famille, construisez une bulle d’amour, et les réponses aux questions que vous vous posez vont venir naturellement.

Le chemin de la parentalité n’est pas toujours facile, mais ce voyage est le plus beau qui soit.

La grande question du partage

Pour le tout petit, la différence entre ce qu’il désire et ce qui est vraiment à lui n’est pas bien clair. Pourquoi ?Tout simplement car la limite de son propre corps et la notion d’identité propre n’est pas acquise.C’est pourquoi un de ces mantras est : « c’est à moi ! ». Le monde qui l’entoure lui appartient en gros….Avant 2 ans, l’enfant ne joue pas avec mais à côté de l’autre, c’est ce qu’on appelle le « jeu parallèle ». Il veut le jeu de l’autre pour éprouver le même désir que celui qui l’a dans les mains mais, se rendant compte que le sentiment n’est pas le même, le délaisse souvent rapidement. Il est toujours plus rigolo aussi, de prendre un camion en mouvement qu’un camion bien rangé sur l’étagère. Dans ce cas là, vous comprendrez que  le partage soit difficile !Vers 3 ans commence l’âge de la sociabilisation, l’enfant peut exprimer son désir par des phrases :  » je veux le camion », il est aussi en âge de comprendre les règles : « tu auras le camion quand Gabin aura fini de jouer avec », mais il est aussi à un âge où il va observer l’autre : « Qui va avoir la brique bleue ? pourquoi son bateau est plus grand « ,  » sa poupée chante et pas la mienne…. »Le partage n’est donc pas encore aisé et le jeu reste de courte durée pour, parfois, faire place à des petits conflits. Votre enfant apprend à vivre en société, à attendre son tour…..Vers 4 ans, l’enfant s’exprime mieux et ses centres d’intérêts se précisent. Avec des mots, il est donc plus facile d’exprimer ce que l’on veut et que l’on ressent.Tout ça pour vous dire que le partage s’apprend et suit le développement de l’enfant. Il faut lui montrer l’exemple mais aussi savoir  » protéger » ses affaires. Quand les petits cousins arrivent à la maison, on peut, par exemple ranger son camion favori et le doudou.Vous prêtez votre dernière robe Sézane vous ? Si votre meilleure amie va fouiner dans votre armoire, vous réagissez comment ? Et oui, vous voyez, pas si évident…..Alors, laissez-lui le temps de profiter de son jeu avant de lui demander de le prêter, faites-lui remarquer le plaisir que l’on a à prêter et le plaisir que ça apporte à l’autre, faites des petits jeux de ballons par exemple, pour lui apprendre à attendre son tour.Le partage doit être un plaisir et non une obligation alors, soyez patient, ça va venir, mais avant 4 ans, c’est un peu difficile !