Développement psychomoteur entre 1 et 2 ans

Chaque enfant évolue à son rythme et ce chapitre doit être lu à titre indicatif et non comme une feuille de route à suivre.
L’âge moyen, par exemple, pour l’acquisition de la marche est à 15 mois. Chers lecteurs, j’ai moi-même marché à 23 mois, mes parents ne s’en sont pas inquiétés et ils ont eu bien raison ! Enfin quand même, si votre enfant est allongé à 20 mois encore, vous pouvez commencer à en parler à votre pédiatre.
Votre enfant va souvent se concentrer sur une chose à la fois, c’est ce que Maria Montessori, médecin italien, appelait les périodes sensibles. On ne peut pas tout faire à la fois, sinon on le fait mal !
Marcher c’est la liberté, mais cela demande aussi beaucoup de concentration et d’encouragement. Et puis marcher, ça veut dire tomber, et cela aussi s’apprend !
Il va donc apprendre à s’agenouiller, souvent en se tenant à un meuble, à se pencher et à se relever. Ca paraît simple comme ça, mais essayez de vous mettre à sa place, c’est dur et cela vous fera plus travailler vos abdos que la gym suédoise !
Marcher c’est aussi pouvoir s’échapper, finie la tranquillité, bonjour le « il est où ?? ».
Vers 18 mois, votre enfant va même accélérer un peu, par contre il ne fait pas encore le calcul vitesse-distance, d’où de jolis bleus grâce aux murs !
Vers 24 mois son acuité visuelle est de 10/10ème mais de là à calculer la profondeur et les distances !
Au cours de cette année, il va expérimenter des mouvements variés, mais sa gestuelle sera plus précise car sa pince supérieure (pouce-index) est en place. et il pourra ainsi commencer à manger seul (souvent plus avec cette pince qu’avec une cuillère…) à faire des puzzles simples ou des jeux d’encastrement.
Votre enfant a besoin de vous pour franchir ces étapes, de vos encouragements, de votre regard bienveillant. Ne courez pas dès qu’il monte sur une chaise, observez-le, laissez-le expérimentez et n’intervenez que s’il y a danger. S’il sent votre regard sur lui, cela va l’encourager !
Vers 20 mois, la socialisation va se mettre en place, souvent maladroitement avec les enfants de son âge. Il va essayer de prendre leurs jeux, pas pour les embêter, juste pour rentrer en contact avec eux !
La chose la plus marrante à piquer reste la tétine de l’autre, et oui, parce qu’en plus, juste après il y a les pleurs de l’autre enfant et quand on remet la tétine, silence, ça c’est une belle expérience. C’est ce que j’appelle le gang des tétines à la crèche.
Petit supplément gratuit sur les trotteurs : Les trotteurs sont à l’origine de beaucoup d’accidents domestiques et n’aident pas forcément dans l’acquisition de la marche. Elle aurait plutôt tendance à retarder celle-ci en donnant de mauvaises habitudes posturales à l’enfant; les trotteurs sont d’ailleurs interdits dans certains pays, à vous de juger…

Le droit de ne rien faire

N’oubliez pas une chose, votre enfant à le droit de rêvasser.
Rêvasser, c’est imaginer.
L’hyper stimulation n’est bonne pour personne et n’amène rien de bon, vous n’êtes pas là pour le stimuler, mais plutôt pour mettre en place un environnement favorable et pour réunir les conditions adéquates à son développement.

Votre enfant a le temps pour la batterie. Le fait que le marché chinois grandisse ne doit pas forcement vous obliger à l’inscrire à des cours d’initiation de cette langue à partir de 2 ans.

En collectivité, c’est ce que l’on appelle le jeu libre, en « opposition » avec les activités encadrées. Ce qui donne envie à l’enfant d’apprendre, c’est le plaisir qu’il a de faire les choses.

Voici une citation d’un psychosociologue, Jean Epstein :
« L’enfant joue sa vie. Il ne joue pas pour apprendre mais apprend parce qu’il joue. »

La table à langer, le canapé, même combat !

 

Les chutes de table à langer sont les premiers risques d’accident de votre bébé avant un an.

Cela arrive malheureusement très souvent et peu avoir des conséquences très graves.

Alors, même si vous avez choisi une table à bords relevés et stables, rien ne remplacera votre vigilance.

On se dit qu’il ne bouge pas, que non, il ne va pas se retourner, mais que faisait-il, déjà, dans votre ventre ?

Et observez-le aussi dans son lit, vous le mettez au milieu et il se retrouve sur le côté à son réveil.

Alors oui, tombez de la table à langer, même à un mois, cela peut lui arriver.

Donc si votre meilleure amie téléphone ou que votre aîné pleure, emmenez le avec vous, mais ne le laissez jamais seul.

Quand vous allez le changer, préparez d’abord les affaires dont vous avez besoin, gant, crème, body, coton.

Donnez lui aussi un petit jeu, cela lui occupera les mains et lui évitera de vouloir attraper la lotion posée à côté.

 Evitez d’avoir à aller chercher le body dans l’armoire juste derrière.

Si vous avez à vous retourner, par exemple pour atteindre la poubelle, ayez toujours une main sur lui.

Le canapé ou votre lit, c’est pareil, votre enfant bouge, beaucoup plus vite que vous ne le pensez !

En cas de chute, pas d’hésitation, emmenez-le aux urgences, et surtout ne relâchez jamais votre vigilance !